Si l'énergie transitionnait...

Lorsque l’on se fait des illusions, il faut en comprendre le sens.

La décarbonisation immédiate et à tout prix, c'est ce que les activistes du climat exigent en priorité absolue. Sinon, à leur dire, la civilisation s’effondrerait très vite.

Comment se manifesterait une réalité fondée sur cette illusion ?

En 2018, 11 744 Mtep de combustibles fossiles (charbon, pétrole, gaz) ont été consommés dans le Monde, soit une énergie thermique de 136 484 TWh.

Supposons que cette quantité soit entièrement remplacée par une nouvelle énergie primaire, prétendument plus amicale pour le climat ; combien faudra-t-il de nouvelles installations, au total et chaque jour sur une période de 30 ans, période qui est déjà un compromis peu acceptable pour les militants du climat ?

La réponse est :

Ou bien 

  • Centrales nucléaires de dernière génération (EPR 1 600 MWe)
    11 000 usines, soit une (1,0) centrale à mettre en service chaque jour.
    Capacité installée de production d'électricité après 30 ans : 17,3 TWe
    Superficie requise : 1 100 km2, aussi grand que le canton d'Uri (distribué dans le monde entier)
    Investissements : 3 400 milliards US$ par an, 4,0% du PIB mondial

ou

  • Photovoltaïque (PV), taille industrielle
    865 000 km2 remplis de panneaux, chaque jour 80 km2 de plus
    Capacité installée de production d'électricité après 30 ans : 130 TWe
    Superficie requise : plus de 870 000 km2, la superficie du Pakistan
    Investissements : 10 800 milliards US$ par an, 12,6% du PIB mondial

ou

  • Éoliennes de 3 MWe chacune
    23,6 millions de turbines, chaque jour 5 800 de plus à démarrer
    Capacité installée de production d'électricité après 30 ans : 71 TWe
    Superficie requise : 1 200 000 km2, aussi grande que l'Afrique du Sud
    Investissements : 3 100 US$ par an, soit 3,6 % du PIB mondial

 

remplacer les fossiles

Noter l’échelle logarithmique à gauche.

En raison de l'intermittence du photovoltaïque et de l'éolien, il faudrait aussi construire des installations de stockage ou de substitution dont le type et la taille ne sont pas dimensionnés aujourd'hui, malgré les milliers d'études réalisées par de dispendieux experts. L'énergie nucléaire produit de l'électricité en continu ("courant en ruban") et ne nécessite pas de telles adaptations du système.

La grande différence entre les capacités nominales de production de courant est due aux faibles facteurs de capacité du PV et de l'éolien (pourcentage de l'utilisation effective par rapport à une utilisation théorique à la capacité nominale). Le sommes à engager sont énormes ; un pays appelé Energy serait la cinquième économie du Monde. Cependant, elles sont difficilement comparables, car le PV et l'éolien ont une durée de vie de 25 à 30 ans, tandis que les centrales nucléaires sont conçues pour une durée de 40 à 60 ans ou plus. Ces montants expliquent probablement la fascination qu’exerce cette mascarade sur la cupidité humaine.

Les combustibles fossiles utilisés pour la production de produits chimiques et de plastiques ne sont pas inclus ici.

Ces chiffres sont des ordres de grandeur et certainement erronés. Néanmoins, ils sont utiles pour prouver le caractère illusoire de la révolution énergétique réclamée.

Autre chose, non négligeable :
Tant que les combustibles fossiles ne sont pas remplacés, des combustibles fossiles doivent être utilisés pour la construction d'usines qui n’utiliseront pas de combustibles fossiles. Ce remplacement n’a pas du tout lieu actuellement car la croissance de la demande énergétique est à 80% couverte par les fossiles ¿Entiendes?

Autre question : quelle entreprise axée sur l'énergie sera en mesure de verser un dividende régulier au cours des 30 prochaines années ? Oil&Gas ou les énergies dites renouvelables qui ne le sont pas ?

Pour mémoire, un exemple français :
De 1978 à 1989, la France a mis en service 58 centrales nucléaires totalisant une capacité nominale de 50,46 GWe    
Cette performance correspond à une croissance moyenne de 12,2 MW par jour pendant cette période.   
Ainsi, le monde entier devrait construire sa capacité nucléaire à un rythme correspondant à 130 fois celui de la France à cette époque, et ce sans discontinuer pendant 30 ans.    
Le PIB mondial actuel est 31 fois plus élevé que celui de la France. Le Monde devrait dans son entier travailler plus de 4x plus vite que la France d'alors.
Si impossible n'est pas français, rêver  non plus. 

Conclusion : No, we can’t !

Pour les pinailleurs qui souhaitent modifier les hypothèses sous-jacentes et jouer avec, une feuille de calcul est disponible en téléchargement, sans garantie.

 

(MR / 28.10.2019)