Carburants d'avenir:
un casse-tête de classe spéciale

ESSAI de Mario A. Corti.
5 Juin 2020

Remplacer les combustibles fossiles tels que l'essence, le diesel et le kérosène par des sources d'énergie plus compatibles avec les objectifs environnemetaux et climatiques est particulièrement difficile pour les systèmes de transport et de circulation dans le monde. Pourquoi en est-il ainsi ?
Les carburants du futur resteront en effet une "noix spéciale à craquer"

La densité énergétique gravimétrique et volumétrique élevée des combustibles traditionnels n'est pas facile à remplacer. Il existe des vecteurs énergétiques de plus grande valeur, principalement l'électricité et l'hydrogène. Cependant, leur production, leur transport et leur stockage nécessitent massivement plus d'électricité, ce qui implique une utilisation accrue de ressources de toutes sortes. C'est là un des aspects de la conversion du système énergétique qui a été trop peu pris en compte.

Les différents défis sur terre, en mer et dans l'air sont mis ici en évidence, après un détour par la deuxième loi de la thermodynamique, qui est au centre du sujet.

Un pronostic osé pour l'avenir est que si une véritable renaissance de l'énergie nucléaire n'est toujours pas permise, il ne sera pas possible de remplacer complètement les combustibles fossiles dans le secteur des transports et de la mobilité en raison d'une demande d'électricité massivement plus élevée qui en découlerait. Les types de réacteurs les plus modernes ont peu de choses en commun avec les centrales nucléaires actuelles que tout le monde croit connaître. Dans le cadre de la transition énergétique vers un système "sans fossiles", le gaz naturel peut également jouer un rôle important en tant que "technologie de transition" relativement inoffensive pour l'environnement et le climat.

Dans l'essai CCN de juin 2019, l'état actuel des systèmes énergétiques est décrit selon l'exemple des États-Unis. Cet essai-ci risque l'hypothèse d'un "état final", limité au secteur du transport et de la mobilité. Dans d'autres domaines d'usage de l'énergie, comme le chauffage et la climatisation des bâtiments, il sera bien plus aisé de réaliser des progrès économiquement viables. C'est pourquoi les carburants du futur sont et resteront un casse-tête tout spécial.